LYON | MARCY L'ÉTOILE
04 82 53 72 00
contact@carre-rg.fr

27/07/2015 – Prix du lait : L’Allemagne se plaint du protectionnisme Français.

La Fédération allemande de l’industrie laitière (MIV) a dénoncé, ce jour, par courrier, les mesures prises en France, visant à soutenir la production nationale.

 
1 – LE CONTEXTE
2 – L’ARTICLE
3 – LA RÉACTION

LE CONTEXTE
Face à la gronde des éleveurs, un prix minimum d’achat de 34 centimes le litre a été fixé le 24/07 à l’issue d’une réunion entre les opérateurs de la filière lait et le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll.

[message type=”custom” width=”100%” start_color=”#F2F2F2″ end_color=”#F2F2F2″ border=”#F2F2F2″ color=”#384466″]

L’ARTICLE

Morceaux choisis

« La fédération allemande de l’industrie laitière MIV a adressé ce lundi un courrier à la Commission européenne dénonçant certaines mesures prises en France la semaine dernière pour soutenir l’industrie du lait, notamment une préférence nationale accordée au lait français. «Une lettre part à Bruxelles aujourd’hui», a déclaré à l’AFP le directeur général de la MIV, Eckard Heuser, qualifiant «d’inacceptables» certaines des dispositions annoncées vendredi dernier par le ministre français de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Le MIV s’insurge également dans ce courrier contre les blocages ce lundi à la frontière franco-allemande de camions de denrées agro-alimentaires venant d’Allemagne, a précisé Eckard Heuser. Ensuite, «ce sera à la Commission de décider si elle ouvre une enquête», a-t-il ajouté.

Les professionnels allemands, confrontés eux aussi à la dégringolade du prix du lait, contestent la préférence donnée au lait français à laquelle s’est engagée la filière sous la houlette de M. Le Foll la semaine dernière. Celle-ci est contraire aux règles du marché unique et de la libre-concurrence, pour la fédération.

Le ministre français avait indiqué vendredi, à l’issue d’une réunion de crise avec producteurs, industriels et distributeurs, avoir obtenu un accord de toutes les parties pour un prix minimum de 34 cents le litre et pour «favoriser la production française». «Si on revalorise le prix des produits français, chacun doit s’engager à ne pas favoriser les importations», avait dit Stéphone Le Foll, un appel compris en Allemagne comme «un boycott de facto pour les produits allemands», selon un communiqué de la MIV. «Autant nous comprenons le courroux des agriculteurs au vu des prix trop bas, autant des mesures anti-concurrentielles ne peuvent pas constituer le remède», poursuit le communiqué.

Le MIV représente une centaine de producteurs laitiers et laiteries, représentant un chiffre d’affaires annuel cumulé de 26 milliards d’euros.

Comme en France, la fin au printemps du système européen de quotas de production et la chute des exportations en direction de la Russie ont mis le prix du lait en Allemagne sous intense pression. De premières manifestations de producteurs ont eu lieu dans le pays vendredi, et un blocus de la ville de Munich (sud) est prévu début septembre.

Source : Le Figaro.
[/message]

LA RÉACTION de Jérémy Renchy
“L’Allemagne dénonce des mesures protectionnistes ? Qu’en est-il du dumping social pratiqué par les Allemands ? Le marché doit être unique et répondre aux mêmes règles. Le MIV devrait commencer par balayer devant sa porte, et se poser les bonnes questions : pourquoi en sommes-nous arrivés à fixer un prix d’achat minimum ? La course au prix le moins cher est-elle bonne pour l’homme ? Et pour les animaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez